Pétition contre l'arrêt de la diffusion synchrone et asynchrone des cours de la faculté de droit de Lausanne

PÉTITION CONTRE L’ARRÊT DE LA DIFFUSION SYNCHRONE ET ASYNCHRONE DES COURS DE LA FACULTÉ DE DROIT DE LAUSANNE.  

Monsieur le Directeur Maiani Francesco,
Madame la Vice-directrice Hummer Bettina,
Madame la Vice-directrice Perrier Depeursinge Camille,
Mesdames les professeures,
Messieurs les professeurs,    

Préambule  

Nous apprenons avec stupéfaction, aujourd’hui 15 septembre 2022, que la quasi-totalité des cours dispensés par l’École de Droit ne bénéficieront plus de la diffusion synchrone et asynchrone dès le rentrée scolaire 2022-2023, soit dans moins d’une semaine.  

Depuis maintenant mars 2020, nous avons suivi un cursus universitaire au sein duquel les modalités permettaient de suivre nos cours à distance ou encore de les regarder de manière diffusée.  

Nous regrettons fortement qu’une telle annonce nous soit parvenue seulement 5 jours avant notre rentrée académique. Une telle décision aurait pu être prise bien en amont.    

Nous avons tous adapté nos vies, nos conditions d’apprentissage et nos quotidiens aux modalités proposées entre mars 2020 et aujourd’hui. Ces mêmes modalités qui suivent l’air du temps et qui proposent une formation académique innovante, au goût du jour et sans inégalités.   Face à cette annonce, nous ne pouvions pas rester sans réaction. Dès lors, nous vous faisons part de notre formelle opposition quant à cette décision.    

Un matériel déjà existant  

L’Université de Lausanne a dépensé d’énormes sommes d’argent pour permettre une captation de qualité, ce que nous saluons. Cette évolution technologique a permis à des milliers d’étudiants de continuer à suivre leurs cursus universitaires et ce malgré la pandémie. Encore une fois, nous en sommes très reconnaissants. Pourquoi vous arrêteriez-vous en si bon chemin ?  

Le matériel nécessaire à la captation des diffusion synchrone et asynchrone est déjà acquis, nous déplorons un manque d’ouverture quant à son utilisation dans le temps. Certes la captation engendre des coûts pour le suivi des enregistrements et l’informatique qui y est liée.  

Cependant, ces coûts ont pu être supportés depuis mars 2020, pourquoi ne pas continuer à offrir une solution qualitative à vos étudiants ?  

Qualité de l’enseignement  

La qualité de l’enseignement dispensé par l’École de Droit n’est aucunement remise en doute dans le présent courrier, au contraire ! Malgré plusieurs années de pandémie, vous avez toujours su adapter votre enseignement pour maintenir un haut niveau académique. 

Une diffusion synchrone ou asynchrone n’est pas synonyme de désertion des auditoires, bien au contraire ! Ces méthodes permettent aux étudiants en difficulté de mieux entendre le corps enseignant lors des cours ou encore de regarder en différé les cours (plus lentement ou réécouter la même définition deux fois). Choses impossibles avec la suppression de la diffusion en ligne et de l’enregistrement de nos cours.  

Aujourd’hui vous souhaitez arrêter cette modalité d’apprentissage sur laquelle se sont basés des milliers d’étudiants ces dernières années. Ce grand changement demandera un énorme effort chez les étudiants et risquera grandement de causer des abandons ou des échecs. De plus, votre décision affectera psychologiquement des étudiants déjà marqués par trois années pleines de rebondissements.    

Logements et transports  

Durant la pandémie et même avant celle-ci, la question du logement a toujours été problématique pour les étudiants universitaires. Plusieurs freins expliquent cela : les prix exorbitants des loyers, les garanties financières à fournir, les mois d’été durant lesquels le logement est vide, l’état des logements, la disponibilité des biens, etc.  

En annonçant 5 jours avant la rentrée universitaire que plus aucun cours ne serait diffusé en ligne (diffusion synchrone et asynchrone), il est impossible pour les étudiants de trouver un logement d’ici à lundi 19 septembre 2022. Pour les étudiants hors cantons notamment, cela représente donc plusieurs heures de trajets au quotidien, de quoi compromettre leur qualité d’apprentissage.  

Aussi, vous défavorisez les classes moyennes et faibles dont les revenus limités ne permettent souvent pas de garantir un logement d’études mais sont juste trop supérieurs pour accéder à une bourse d’études.  

En parallèle du logement, nous tenons à attirer votre attention sur le fait que la majorité des étudiants ne disposent plus du même abonnement de transport qu’avant la pandémie. De plus, étant donné que ladite annonce intervient 5 jours avant la rentrée, les personnes se déplaçant en voiture ne peuvent plus demander de cartes de parking, les délais étant dépassés.  

Emplois  

Afin de financer toutes ou en parties leurs cursus universitaires, les étudiants travaillent en nombre à côté de leurs cours. Depuis bientôt 3 ans, la majorité de ces personnes ont adapté leur temps de travail ou trouvé un emploi compatible avec la diffusion synchrone et asynchrone.  

En supprimant ces modalités d’enseignement, vous allez priver de nombreuses personnes de leurs emplois. Elles vont donc devoir faire un tragique choix : travailler ou étudier. Comme pour beaucoup, l’un ne peut pas aller sans l’autre, ils seront contraints d’arrêter leurs études pour des raisons financières.   

Encore une fois, l’arrêt de ces diffusions n’a pas seulement un impact sur le cursus universitaire des étudiants mais également sur leur qualité de vie, leurs emplois et principalement sur leur avenir !  

Innovation :  

L’Université de Lausanne se veut innovante, attrayante et au goût du jour. La qualité des formations qui y sont dispensées donne un atout majeur à votre centre académique.   Depuis mars 2020, vous avez équipé vos salles de captations vidéo permettant une diffusion synchrone des cours ainsi que d’un enregistrement en ligne pour une diffusion asynchrone. Vous avez ainsi rejoint de nombreuses Hautes Écoles ayant fait le pas bien avant vous et qui continuent les diffusions la prochaine année académique.  

En investissant dans ces outils, vous avez montré aux étudiants que l’Université de Lausanne savait se mettre à jour, vous nous avez séduit. Et aujourd’hui, force est de constater que vous nous décevez.  

Décevoir est un mot fort, nous vous l’accordons mais il est ô combien nécessaire face à la situation que nous vivons suite à votre annonce.  

En maintenant votre système de captation actif, vous permettez à des centaines voire des milliers d’étudiants de continuer à apprendre comme ils l’ont fait depuis bientôt trois ans.  

De surcroît, vous offrez une carte de visite alléchante, indispensable à l’air du numérique, pour les étudiants locaux et d’autres cantons. Nous ne comprenons pas cette marche arrière.      

Absence, maladie, nouvelle vague de Covid-19  

En supprimant lesdites diffusions, vous acceptez que les étudiants absents pour des raisons telles que : visites médicales, décès dans la famille, maladies, accidents etc. ne puissent pas suivre ni rattraper leurs cours.  

Par ailleurs, la pandémie du Covid-19 n’est toujours pas endiguée et des personnes en situation sanitaire fragile n’auront plus la possibilité de suivre leur cursus tout comme les personnes atteintes du covid ou encore plus communément de la grippe saisonnière.  

Égalité de traitement  

Après tant de changements au cours des trois dernières années académiques, ne pensez-vous pas qu’il est complètement absurde de modifier à nouveau les modalités d’enseignement ?  

Revenir en arrière sur une méthode qui fonctionne bien ce n’est pas compréhensible ! Vous créez, en supprimant lesdites diffusions, des inégalités de traitement flagrantes entre les étudiants déjà touchés de plein fouet moralement par cette pandémie.  

Un élève ayant toujours écouté à nouveau ses cours durant les trois dernières années académiques afin d’assimiler la matière correctement se retrouve aujourd’hui face à un mur et c’est alarmant.  

Conclusion  

Au regard de tous les éléments précités, nous vous exhortons à rétablir les diffusions synchrone et asynchrone pour la rentrée académique 2022-2023.  

Nous sommes convaincus que vous saurez prendre en considération la présente pétition et y répondre favorablement. 

Par soucis de considération de votre part, une copie de cette pétition a été adressée à la presse (RTS, Groupe Tamedia, ESH Media, CH Media, etc.).  

Dans l’attente de vos nouvelles concernant la présente pétition et d’une réponse favorable, nous vous prions d’agréer, Mesdames et Messieurs en vos titres et fonctions, nos plus cordiales salutations.

                                                                                                                                                        Les étudiants signataires                                                                            C/O Evershed Jimmy

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Evershed Jimmy à transmettre les informations que je fournis sur ce formulaire aux personnes ayant un pouvoir de décision sur cette question.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.net à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.




Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...